Construire Sa Maison

Renégocier son prêt immobilier ?, c’est le moment !

Si tu es arrivé sur cet article cher(e) lecteur(trice) c’est que tu es en pleine réflexion sur la renégociation du prêt immobilier de ton appartement ou de ta maison. Et bien ma foi tu fais bien de te poser la question. Effectivement c’est le bon moment, et nous pouvons en témoigner.

En l’espace d’un peu moins de 4 ans nous avons renégocié notre prêt immobilier pas moins de deux fois, et raboté notre taux de 2% !!. C’est cette expérience que je vous propose de partager.

En effet comme tout futur bon propriétaire qui se respecte, une bonne construction commence par une bonne négociation.
J’avais donc pris à l’époque (été 2008) mon bâton de pèlerin, et avait démarché pas mal de banques. Comme on se doit de faire, histoire de mettre ces « braves » gens en concurrence.

Après plusieurs semaines de transactions nous quittions notre ancienne banque (La Caisse d’épargne) pour une nouvelle (Le crédit Mutuel). Elle nous avait fait la meilleure offre pour notre emprunt c’est à dire 4,95% sur 25 ans. Je ne parle pas volontairement des montants empruntés ni des mensualités, cela reste personnel et n’apporte pas forcément grand chose au témoignage.

Une durée qui d’ailleurs nous a faite beaucoup cogiter à l’époque car cela nous paraissait très très long…

Renégocier son prêt immobilier : ce à quoi vous devez être attentif

Fin 2009, la crise aidant, les taux, que nous observions régulièrement avaient fortement baissés. Il faut savoir, pour commencer, qu’un point de baisse de votre taux est nécessaire pour espérer renégocier son crédit (voir 0,80% si votre crédit a été pris sur une durée de 25 ou 30 ans). Ce fut donc le cas à cette période. Rendez-vous fut pris avec le banquier pour grappiller le maximum sans pour autant changer de banque.

Là, vous vous dites chouette, je suis en position de force car lors de ma première négociation j’ai pensé à négocier les remboursements anticipés sans aucun frais. Certes oui, mais regardez bien votre contrat. Celle-ci ne concerne certainement pas un remboursement anticipé suite au rachat de votre crédit par une autre banque. La gratuité des frais en cas de rachat par une autre banque est pratiquement impossible à négocier.

Attention aux frais !

Le rachat de votre crédit par une autre banque entraînera de nombreux frais (généralement six mois d’intérêts et 3% du capital restant dû).  La fourniture également de  justificatifs (salaires, crédits complémentaires éventuels…) et la probable renégociation des assurances. Avec la loi Lagarde, vous savez peut-être que désormais vous pouvez prendre votre assurance de crédit où bon vous semble. La banque ne peut plus vous forcer à prendre SON assurance.
Malgré tout, cela vaut le coup d’être tenté surtout si votre crédit immobilier est plutôt récent. Si votre crédit immobilier court depuis 10 ans ou plus, n’espérez pas obtenir une négociation satisfaisante car, le remboursement des intérêts étant le plus important au début du crédit, il vaut mieux que ce dernier soit assez récent, pour que vous ayez beaucoup à négocier.
Ces premières négociations aboutit donc à une réduction de notre taux de 4,95% à 3,95% en taux fixe (YES !). Vient ensuite le choix de la méthode que vous voulez utiliser pour bénéficier de cette baisse de taux. Je m’explique.

Trois solutions s’offrent à vous

– Réduire fortement votre mensualité afin d’alléger le poids du prêt au quotidien ;
– Ne pas toucher à votre mensualité mais réduire la durée de votre prêt ;
– Jouer à la fois sur la réduction de la mensualité et la durée de votre prêt.

Clairement, l’option la plus intéressante est d’opter pour la réduction de la durée de votre prêt . C’est en choisissant cette option que vous gagnerez le plus d’argent, et c’est bien évidemment celle que nous avons choisi à l’époque (pour nous en l’occurrence, 52 mois de moins sur la durée du prêt !!!). Pour cette première renégociation, je ne vous donne pas le montant économisé, mais sachez qu’il est proprement énorme !

Le temps de la négociation avec le conseiller

2013, le marché immobilier se porte mal, la crise est là plus que jamais, et la production de crédits par les banques n’a pas été aussi faible depuis des années. Ces dernières se font la guerre pour recruter de nouveaux clients. Les taux au moment où nous écrivons cet article n’ont jamais été aussi bas depuis la seconde guerre mondiale !

J’ai dit plus haut qu’il fallait un point de baisse pour renégocier son crédit. Eh bien chose qui arrive, à mon avis rarement dans une vie, il était de nouveau temps de retourner voir la banque pour lui signifier qu’il allait falloir encore baisser mon taux !.

Rendez-vous fut pris de nouveau avec notre conseiller bancaire qui dès le début du rendez-vous m’indiqua que les clients étaient nombreux à venir renégocier leur crédit. Et cela tombait bien puisque c’était mon cas aussi !

Les taux variables (capés !) ne sont pas rédhibitoires !

Ce qu’il y a de bien avec le conseiller qui nous suit depuis quelques années au crédit mutuel, c’est qu’il cerne tout de suite nos demandes. Donc la négociation fut brève. Tout de suite il me proposa un taux à 2,95% mais avec cette fois-ci l’introduction d’une part de taux variables. Ces fameux taux qu’en 2008 je n’avais même pas souhaité évoquer. J’ai commencé tout de suite à me braquer, et de lui dire que cela n’allait pas être possible !.

À lui de me demander de lui laisser le temps de m’expliquer.
Et en effet, ces fameux taux variables qu’il me proposait n’allaient concerner qu’une petite durée du prêt (les six dernières années). De plus ces derniers allaient être capés, et que les dix prochaines années seraient, elles, à taux fixe.

Pour le profane, que veut dire capé ? Et bien lorsque l’on parle d’un taux variable capé, cela veut dire que celui-ci sera limité tant dans sa hausse que dans sa baisse.

En l’occurrence, ces six années de taux variable que l’on nous proposait étaient capées à + ou – 1 point. C’est-à-dire qu’au pire notre taux remontait à 3,95% (soit le taux avant négociation), au mieux ce dernier descendait à 1,95%.

Mais, comme je vous l’ai dit précédemment, la dernière partie de votre prêt est celle où vous rembourser le moins d’intérêts et le plus en capital. Donc le risque est minime et valait le coup d’être pris.

Au final, des mois et des dizaines de milliers d’euros d’économisés !

Pour conclure, et bien cette 2e renégociation a été concluante elle aussi.

L’introduction d’une part de taux variable capé n’est pas un problème vu les conditions proposées. Elles permettent de partir sur une base donc de 2,95%. Avec encore une fois un choix qui s’est porté sur la réduction de la durée du prêt (encore 21 mois de gagnés !), toujours la plus intéressante.

Au final, ce seront plus de 6 années de prêt de gagnées sur notre prêt. Quand j’y pense je n’en revient toujours pas !.
Sans compter les intérêts que nous n’auront pas à rembourser, et là, la somme est stratosphérique !.

Vous avez donc tout à gagner à vite prendre rendez-vous avec votre banquier. Les taux ne baisseront guère plus. Avec un peu de chance ils vont encore stagner quelques semaines (mois ?), mais ne pourront ensuite que remonter.

Bonne chance dans votre renégociation. N’hésitez pas à nous faire partager dans les commentaires vos réussites ou échecs en la matière.